27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 18:30
RIEN QU'UNE EPAULE...

Non, tu n'es pas un fruit tombé qu'on ramasse,

Tu restes toujours la femme de mon ami.

Il n'est plus là, mais je ne brigue pas sa place;

Dans ce jeu là, certains coups ne sont pas permis.

Nous étions deux amis intimes, à t'aimer,

Mais lui seul eut le courage de le dire;

Mon coeur, en ce temps là, ne pouvant s'affirmer,

S'était replié sur lui-même, pour souffrir.

J'ai été témoin de vos années de bonheur,

Que je partageais à distance respectable,

Il y avait peu de place pour trois âmes sœur

Dans cette vie, autour d'une même table.

Le temps, ce jaloux concurent, a eu raison

De votre amour, qu'il a réduit en pièces;

Il confina dans l'indigence votre maison,

Et changea votre enthousiasme en tristesse.

La résistance humaine ayant des limites,

Mon pauvre ami, submergé par les problèmes,

Est allé chercher son salut dans la fuite,

Laissant inconsolable celle qu'il aime.

Quand la vie se fait trop dure, rien n'arrête

Un être qui a toujours vécu sans contraintes;

Mon ami est parti sur un coup de tête,

Il reviendra une fois apaisé, n'aie crainte.

Ne laisse pas les larmes altérer ces yeux

Que Dieu a fait dépositaires de la douceur,

Te consoler est l'unique chose que je peux,

Même si tu as toujours habité mon cœur.

Je sais qu'on peux se méprendre sur mon geste;

J'ai le coeur fendu de te voir abandonnée,

Mais je ne viendrais pas paître sur ses restes,

C'est mon ami, il reviendra, je le connais.

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens