18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 15:00
GRAND-MERE ET LA SOLITUDE !

C'est jour de fête ; j'essaie de sourire,

Mes descendants vont me rendre visite.

Encore une fête avant de mourir ;

La vieille tient bon, elle a du mérite.

Hier, nous étions deux à les accueillir,

Aujourd'hui, me voici face au mur ;

La faucheuse est passée me ravir

Celui qui me rendait la vie moins dure.

Ma vie, au fil des jours, se complique,

N'en déplaise à mes petits enfants,

Qui voient en moi une curieuse relique,

Une miraculée des filets du temps.

Qui n'a pas mon âge ne peut comprendre

Qu'il me soit moins dur de devoir partir,

Que de rester seule à me morfondre,

Sans une oreille prête à compatir.

J'ai appris à craindre ces retrouvailles

Brèves, qui laissent ma vie plus vide,

Après le départ d'une marmaille

Qui m'épuise les sens restés valides.

« Embrasse mémé », dit l'un à son fils,

« Doucement ! », ajoute la bru, réticente,

Pendant que d'autres cassent ou salissent

Ce qu'il reste des années précédentes.

Ceux d'entre eux, que j’essaie d'embrasser,

Cèdent, mais à leur mines dégoûtées,

Je devine qu'il en ont plus qu'assez

De mémé et de sa maison hantée.

Je deviens, pour les miens, à chaque fête,

Moins qu'un devoir, une formalité ;

Ils viennent me sortir des oubliettes,

Le temps d'un bisou, puis vont me quitter.

Rester seule, pour quelqu'un de mon âge,

Est une sentence pire que la mort ;

Si La vieillesse n'est qu'un outrage,

La solitude est un horrible sort !

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens