29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 10:37
TENDRE MAMAN

Elle était jeune, elle était belle ;

Victime du temps et de ses outrages.

Elle ployait sous le poids de son âge.

Elle vivait seule... Demain, on l'appelle !

***

Ses enfants n'ont plus désormais le temps,

De prendre sur eux de faire le détour,

Qui lui rendrait un peu de tout l'amour,

Qu'elle a prodigué pour les rendre grands.

***

Le regard braqué sur le téléphone,

Les oreilles tendues vers la porte

Fermée sur les belles années mortes,

Dans l'espoir que l'un ou l'autre sonne.

***

Elle en a fait des hommes de valeur,

Dieu sait au prix de quels sacrifices...

Rien n'était trop beau, trop cher pour ses fils.

De sa santé, ils eurent les primeurs.

***

Elle pensait qu'en remplissant la maison

De marmots, elle allait se prémunir,

Contre la solitude à venir

Au compte à rebours de la saison.

***

Son monde se vida au fil des ans.

Elle se retrouva seule entre quatre murs,

Livrée à une réalité bien dure,

Celle d’attendre la mort, à son balcon.

***

Bien sûr, elle leur trouvait des excuses,

Lorsque leurs absences se prolongeaient.

Son cœur était convaincu qu’ils l’aimaient

Sans calcul, sans égoïsme, sans ruse.

***

« Demain, c’est jour férié… Ils seront là ! »

Ils sont pris, elle ne peut leur en vouloir.

« S’ils le disent, elle ne peut que les croire ! »

Demain est un beau jour. Elle les verra !

***

Ils vinrent, bien sûr, mais un peu trop tard :

Lassée d’attendre, elle dut s’allonger,

Mais son sommeil s'était trop prolongé..

Ils ne purent voir que son corbillard !

Avril 2007. (Rien ne peut remplir le vide que laisse une maman!)

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens