31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 14:26

LA VANITE' DES CHOSES
A quoi bon plastronner, pauvre mortel,
A quoi sert-il d'exhiber ta force?
D'autres que toi, plus forts, plus rebelles,
Ont nourri ces arbres et leurs écorces.

Tu auras beau décrocher la lune,
Rien n'est acquis à ceux de ton espèce,
Ni leur force, ni même leur fortune;
Un jour tu partiras et tu les laisses.

Il n'est pas suffisamment loin, le jour
Où tout commence à faire faux bond,
Où on se retrouve au carrefour,
Menant du vigoureux au moribond.
 
Quand, pour avancer, ta frêle structure
Cherche l'appui des cannes ou des murs...
Quand tous tes muscles, jadis bien tendus,
Pendent flasques, tel un membre repu...
Quand ton humeur puise dans la rage,
Tout ce qu'il lui faut comme courage,
Pour supporter la peine à vivre,
Qu'éprouve ta silhouette ivre,
Qui tangue, très affaiblie par l'effort
De demeurer debout devant la mort...
Tu saisis la vanité des choses,
L'éphémère beauté de la rose,
L'écrasante défaite de naître
Et mourir avant d'avoir pu être!

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens