5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 10:21

Je vous sens tristes, amis de tous pays,
L'air désabusés, l'humeur en bouillie.
A vous voir abattus, j'ai l'impression
Que vos coeurs sont vidés de leur passion,
Que de l'autre vous avez fait le tour,
Et l'avez jugé indigne d'amour;
Que vos décevantes expériences,
Sont venues à bout de votre patience,
Et que, las, vous ne demandez pas mieux
Que de battre en retraite vers d'autres cieux.
Soit! Tout comme vous, je perds confiance,
En constatant, par exemple, l'inconscience
Et l'égoïsme dont font preuve les humains,
Qui transforment en impasse les chemins,
Censés nous conduire vers le bonheur,
Jouant sur nos différences et nos peurs.
Je suis même prêt à l'aventure,
Pour peu que je trouve un moyen sûr
De m'éloigner d'ici à tire d'ailes,
Vers des contrées indemnes et belles.
En attendant de trouver ce moyen,
Faisons l'effort d'être de bons citoyens;
Colorions de mots, faute de couleurs,
Cette grisaille qui pèse sur nos coeurs,
Conjurons les non-dits en criant fort,
Notre souci de redresser ces torts
Et affichons, autant que faire se peut,
De tous nos sourires, les plus radieux!

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens