10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 17:16

LA ROUE TOURNE !

Il était une fois un bel homme

Qui, ayant dame chance à ses pieds,

Osa plus que ce qui à l'homme sied.

Et fit de l'univers son royaume.

*

Il prit l’existence à bras-le-corps,

Vécut à l’endroit, vécut à l’envers,

Mélangea les atouts et les travers,

Et causa autant de bien que de tort.

*

Il était humain, personne n’est parfait,

Il fallait bien que jeunesse exulte.

Pour que les passions sortent du tumulte,

Elles causent de collatéraux effets.

*

A l’âge mur, il tomba amoureux

D’un ange, dont la douceur n’avait d’égal

Que d’innocents yeux au regard fatal,

Sans lequel il ne pouvait être heureux.

*

Conquérir son cœur fut chose facile,

Car l’ange était sans expérience.

Il sortait à peine de l’enfance,

Et allait faire une épouse docile.

*

Ils vécurent heureux quelques années,

Mais la vie, qui parfois est trop dure,

Priva leur foyer de progéniture,

Condamnant leur bonheur à s’effaner.

*

Il avait un peu plus de trente ans,

Quand il quitta sa terre stérile,

Ce dur fermier des grandes villes,

Soucieux de produire quelques enfants.

*

Vouant l’ange déchu aux années mortes,

Il eut avec une autre deux enfants,

Misa sur eux sa fortune et son temps,

Et plein de rêves que l’âge emporte.

*

Les enfants, devenus grands, s’en allèrent

Laissant un foyer bâti autour d’eux

Tristement vide, au point de sentir creux,

Et des parents pas faits pour la galère.

*

L’épouse mal aimée, ayant encaissé

Les frasques du mari sans mot dire,

Décida alors de lui faire subir

Le calvaire, avant de le laisser.

*

Il se retrouva à soixante ans,

Livré à lui-même, en pleine pente,

Subissant une retraite différente

Et vivant la solitude au présent.

*

Il tint le coup pendant quelques hivers,

Mais les souvenirs ayant la vie dure,

L’image d’une épouse au cœur pur,

Revint lui infliger d’autres revers.

*

La conscience torturée, les remords

Commencèrent à lui miner le moral,

Le mettant nez à nez avec le mal

Qu’il lui avait causé et tous ses torts.

*

Il se demanda, les larmes aux yeux,

Ce qu’il pourrait être advenu d’elle,

Cette épouse aimante et fidèle

Qui fut victime d’un traitement odieux.

*

Mu par le regret et la solitude,

Il alla, contrit, à sa recherche,

Pour tendre une tremblante perche

A un cœur avec lequel il fut rude.

*

Plus de trois décennies, sans s’enquérir

De celle qu’il voudrait à présent revoir !

Reste-t-il encore quelque espoir

Qu’elle soit seule et veuille lui revenir ?

*

La vie nous offre des enseignements,

Sur lesquels on fait souvent l’impasse,

Préférant plutôt nous voiler la face

Que de nous arrêter sur nos tourments.

(inspiré par une histoire vraie)

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens