6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 16:14

Deux amoureux, au sortir d’une étreinte,

Débattaient gaiement du plaisir des sens,

Chacun soutenant que le sien éreinte

Et, d’extase, fait frôler la démence.

 

Rien n’est égal au plaisir des hommes !

Déclara avec emphase le mâle,

A côté du mien, le tien est un gnome !

Dit-il, en s’affalant dans un râle.

 

Si tu savais, dit-elle, ce qu’on ressent,

Pendant une nuit d’ébats amoureux,

Tu comprendras que jamais un amant

Ne parviendrait à être aussi heureux !

 

Pauvre femme ! Comment une barque

Peut-elle, de joie, égaler un marin ?

Par rapport à la flèche, comment un arc

Pourra-t-il atteindre les cieux divins ?

 

Pour l’homme vous n’êtes que des cibles,

Dans sa fougue, il atteint votre cœur ;

Son plaisir n’en est que plus indicible…

Il est l’étape suprême du bonheur !

 

Crois-moi, votre plaisir est infime,

Comparé au nôtre, nous les femmes ;

C’est un feu d’artifice sublime…

Le vôtre est une pitoyable flamme !

 

Le débat s’étalant, interminable,

Ils durent recourir à l’arbitrage

D’un voisin, un vieillard vénérable,

Fort réputé pour ses conseils sages.

 

Il les écouta pendant un moment,

Plaidant l’un après l’autre sa cause,

Pesa un à un tous leurs arguments,

Ferma les yeux et marqua une pause.

 

Est-ce le doigt, dit-il, ou bien l’oreille

Qu’il gratte, qui prend le plus de plaisir ?

Un doigt, même s’il gratte à merveille,

Ne sert qu’à faire passer le désir !

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens