1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 17:06

Tu t’effondres par pans entiers,

Sans nulle raison apparente ;

Des plis squattent ton front altier

Et ta mine Avenante…

 

Hier encore tu souriais,

Je ne sais pas ce qu’il t’arrive !

Quelle peine voudrais-tu crier,

Pour vider ton cœur qui dérive ?

 

Est-ce le fait d’imaginer

Qu’à part toi, les autres vivent,

Te laissant seule à ruminer

Les idées noires qui te suivent ?

 

Est-ce le froid qui persiste

A geler dans l’œuf tes élans,

Qui fait que ton spleen résiste

Et ne recule pas d’un empan ?

 

Le moral avance en tremblant,

Tantôt brisé, tantôt entier ;

Ce sont les autres qui font semblant,

Pour faire plus envie que pitié,

 

Mais les journées tristes, au fond,

Sont le lot de tous les mortels ;

Ils servent à faire les bilans

D’une vie parfois bien cruelle.

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens