6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 17:45

Assis, les bras croisés, tu t’interroges :

Comment autrui trouve-t-il son compte,

Dans cette course contre l’horloge

Où on finit, tout au mieux, géronte ?

 

Les mortels forment deux catégories :

Certains sont vivants, d’autres quasi morts ;

Les uns sont crispés, les autres sourient,

Pendant ce temps là, tu attends et tu dors !

 

Le temps t’échappe, tu en es conscient,

Mais te laisses glisser sur sa pente,

Toi, le résigné, le rêveur patient,

Qui n’as fait que subir cette mort lente.

 

Tu refuses de marquer une pause,

D’ouvrir les yeux, le temps de comprendre

Que c’est vivre que tu remets en cause,

Si tu fais le facile choix d’attendre.

 

Un pas en avant, deux en arrière,

Tu voudrais bien, hélas, tu hésites !

Ton imagination crée des barrières

Le long des chemins de la réussite.

 

Le fruit naturel de l’hésitation,

C’est le cumul des années d’attente,

Pendant que s’étiolent toutes tes passions

Au fil de ton inexorable descente.

 

Pour trouver son compte, il faut agir !

Si au lieu d’être, tu ne fais qu’exister,

Tu verras tes plus belles années s’enfuir

Laissant derrière un corps dévasté !

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens