22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 12:20

Je trouve tes semblables bizarres.

Ils triment, et quand ils sont enfin riches,

Ils thésaurisent et deviennent chiches,

Les poches aussi sèches qu’un buvard !

 

Ils s’approvisionnent au marché de gros,

Vivent de conserves et de surgelé,

Mettent l’argent cumulé sous scellés

Et réduisent leurs budgets à zéro !

 

Ils ont envie de prendre un café,

Un pas en avant, l’autre en arrière,

Ils s’inventent d’étranges barrières

Et finissent par rentrer assoiffés !

 

Ils choisissent chaque jour une table,

Jamais avec les mêmes convives,

Car ayant la facture craintive,

Ils craignent qu’on voit leur côté minable !

 

Ils aimeraient bien se faire plaisir,

Mais comme ce qui touche à leur pécule

Est l’objet de mille-et-un calcul,

Ils étouffent dans l’œuf tous leurs désirs !

 

Ils rêvent devant les belles vitrines,

Mais se réveillent à la vue des prix,

Ecarquillent les yeux, faussement surpris,

Et s’éloignent en criant à la ruine !

 

A terme, ils sentent la misère.

Ils ne mangent à leur faim qu’invités

Ou à la faveur d’une gratuité,

Au frais de quelque bienfaiteur sur terre !

 

Qu’ont-ils dû faire, dans une autre vie,

Pour que le bon Dieu leur en veuille

Au point de les faire riches mais au seuil

De l’indigence et de la survie ?!

 

Ces riches miséreux meurent chétifs ;

Ils ont la pauvreté comme enclave

Et vivent faisant office d’esclaves,

Pour enrichir plus tard quelque oisif !

 

Devenir comme eux est facile,

Pour qui se laisse prendre au piège

Du ce pécuniaire grand sortilège

Qui asservit et rend l’être débile.

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens