20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 07:47

Entre le froid et l’été, la saison hésitait.

Pendant ce temps là et jusqu’à la nuit noire,

Sous de bas nuages, le soleil clignotait,

Et avec lui, clignota puis mourut l’espoir.

 

Dans un bourg endormi, pleurait un amoureux,

Celle qu’il aimait avait choisi son cousin.

La belle qui avait nourri ses rêves bleus,

Va partir vivre dans un village voisin.

 

Un homme, le cœur brisé, cachait ses sanglots

A l’orée d’une rivière, dans l’obscurité ;

Ses larmes abondantes, s’ajoutaient aux flots

Gonflés par l’eau des neiges, à proximité.

 

Une brise légère glaçait ses joues mouillées,

Epongées de la manche du beau costume,

Qu’il avait gardé en réserve, pour s’habiller

Le jour du mariage, comme le veut la coutume.

 

Invité, comme à ses propres funérailles,

Il s’était sauvé au milieu de la fête,

Pour cacher le chagrin qui mordait ses entrailles

Et cuver tout seul son amère défaite.

 

Que lui restait-il à perdre, ayant perdu

Celle qui était son étoile polaire ?

Vivre est toujours le vœu muet du pendu ;

Aimer, est celui de l’amour qu’on doit taire !

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens