4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 10:42

 

Un rosier de chine resplendissant,

Grandit entouré des plus grands soins,

Parmi les boutons de roses naissants,

Il en donna un, plus beau et de loin.

 

Le jardinier, un monsieur d’âge mûr,

Ne vivait que pour voir s’ouvrir son cœur,

Pour humer son parfum avec l’air pur

En récompense de son dur labeur.

 

Tout son amour laissait indifférent

Le beau bouton de rose tant aimé ;

Il eut beau le supplier en pleurant,

Celui-ci lui garda son cœur fermé.

Les autres boutons lui rendirent l’amour,

L’accueillant à pétales déployés ;

Ils s’épanouirent pour lui au fil des jours,

Et devinrent les roses les plus choyées.

 

Le jardinier n’étant pas à son goût,

Le bouton attendit, à cœur bridé,

Qu’un visage frais au regard plus doux,

Vienne le pousser à se décider.

 

Vint à passer le fils du jardinier,

Sapé tel un roi, pour un rendez-vous,

Par un splendide matin printanier,

Entre le rosier et un carré de choux.

 

Il s’arrêta à deux pas du bouton,

Et alluma une cigarette,

Le bouton s’ouvrit alors, tout content

Offrant un cœur à la dorure parfaite.

 

Le jeune homme, séduit par sa beauté,

Se pencha et sans une prière,

Fit preuve d’un comble de cruauté,

En le mettant à sa boutonnière.

 

Un bon jardinier ou un bellâtre ?

Nul ne sait où est son bien à coup sûr.

Un fruit ferme peut avoir un goût saumâtre ;

La douceur est souvent dans les fruits mûrs.

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens