12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 10:39

 

Pourquoi ce regard, tantôt triste tantôt sévère,
Toujours sur le qui-vive, prêt à te défendre?
Le monde t’aurait-il déclaré la guerre ?
Par quel ennemi crains-tu de te faire surprendre ?

Tu ne peux savoir à quel point il peut faire beau,
Lorsque dans la tête foisonnent les sourires!
Un esprit qui positive tient le cœur au chaud.
Détourne ta pensée de la douleur de haïr!

Si tu voyais en l’autre un autre toi-même,
S’il y avait en toi la moindre indulgence,
Tu ne ferais pas cette tête de carême...
Tu assumerais le poids de tes carences.
---
Ton regard défile, il feuillette et classe,
Il toise, il épile, fureteur et passe.
Un moule sous le bras, tu nous jauges d’abord,
Traquant l'aspect ingrat, puis nous y cases à tort.

L’œil des esprits chagrins, ne voit que les défauts,
Chez les autres humains, et glisse sur le beau.
L’autre aussi a des yeux; il pourrait te juger,
Si son regard joyeux cessait d’être léger.

Ca ne me dérange pas, si tu marches de travers,
Je n’ai ni chaud ni froid, si tu vis à l’envers.
Alors dis-moi en quoi, mes travers te dérangent,
Je veux savoir, pour toi, qu’est-ce que cela change ?

Je dis aux pessimistes, laissez-moi croire,
Que la vigueur persiste au-delà de l’espoir.
Laissez mes yeux friser et mon cœur fleurir,
Laissez-moi me griser, au gré d’un sourire.

Et si mon sourire béat, semble déplacé,
Ou mon rire aux éclats quelque fois agresser,
Je n’y peux rien hélas, je suis né un peu ivre,
Quoi que la vie me fasse, j’ai du plaisir à vivre !

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens