16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 10:10
ON T'AIME A EN VIEILLIR

Je vois que tu t'apprêtes déjà à partir,

Sans nul égard pour celui qui se déchire.

A peine sait-on apprécier ta présence,

Tu tournes le dos et tire ta révérence.

Sais-tu qu'en partant, tu nous livres à l'ennui,

Et à la grisaille d'un climat fécond de pluie ?

Sans ta pétulance, nos existences se vident,

Nos larmes débordent et se cherchent des rides

Où se disperser, pour échapper au chagrin

Qui, sans crier gare, noue nos gorges qu'il étreint ;

Tu n'es pas encore partie, et déjà la peur

De te perdre à jamais, gonfle nos douleurs.

Celui qui te perd sait que, peu à peu, ta place

Se remplira de mélancolie et d'angoisse.

Je sais que nous prenons les choses pour acquises

Et ne comprenons qu'une fois nos tempes grises,

Mais on ne peut, à peine apprises les caresses,

Accepter de te perdre, chère jeunesse !

Partager cet article

Repost 0
Published by eachman
commenter cet article

commentaires

Wafia 17/02/2016 20:38

Adieu jeunesse bonjour vieillesse, veiller à bien l'accueillir!!!

ÔvÔ LILI ÔvÔ 16/02/2016 23:03

Une citation de Xavier de Montépin :
Ô désespoir ! de n'avoir plus vingt ans à son horizon, quand on a vingt ans dans son cœur.

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens