9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 16:03
... ET D'INSOUCIANCE.

Quand on voit, sous les roses épanouies,

La relève qui pointe en boutons,

Les souvenirs d'hier noient l'aujourd'hui,

Taquins, défilant à saute-moutons.

***
La nostalgie, jalouse de nos joies,

Tapie dans les recoins de la mémoire,

Se réveille et vient pointer son doigt,

Crochu, vers les rares petits points noirs.

***
Et, du coup, on se surprend, bien qu'heureux,

Contemplant un beau coucher de soleil,

A se remémorer, les larmes aux yeux,

Les aubes claires de nos premiers réveils.

***

Qu'ont-ils donc de meilleur, nos bons vieux temps,

A part d'avoir vu notre jeunesse,

Lorsque, les cœurs verts encore palpitants,

Nous étions prêts à toutes les prouesses?

***

On n'avait pas grand chose à faire valoir,

Ni la fortune, ni l'experience;

Juste la rage de vivre et l'espoir

D'arracher à bras-le-corps notre chance.

***

Et pourtant, combien il était précieux,

Le bon vieux temps de notre insouciance,

Quand les pieds au sol, la tête dans les cieux,

On sortait à peine de l'adolescence!

Published by eachman
commenter cet article
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 19:58
VOUS ÊTES TOUS BEAUX

Tu es la plus belle,

Et je suis le plus beau !

Que celui ou celle

Qui pense que c’est faux,

Se voit dans une glace.

Et s’il ose me dire

Qu’il n’y voit que grâce,

J’éclate de rire !

C’est le regard qui compte :

S’il est plein de beauté,

Même les larmes chantent

Et leur goût est fruité.

Il y a en toute chose,

Une beauté latente,

Pour qui sait voir la rose

Dans de banales plantes.

La beauté intérieure,

Accroche les regards

Des êtres dont les cœurs

Sont pour autrui des phares.

Tu es la plus belle

Et je suis le plus beau ;

Seuls les êtres cruels,

Diront que c’est faux !

Published by eachman
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 23:33
INVITATION A VIVRE

INVITATION A VIVRE

Que fais-tu, assise seule dans le noir,

Toi la source de mon plus grand espoir ?

Il fait beau dehors, viens voir la lumière…

Allons découvrir ce qu'elle éclaire !

Cette éclaircie au milieu des nuages,

Est une chance pour tourner la page

Sied-t-il à une si jolie mine

De s'assombrir ? Qu'est-ce qui te chagrine ?

Comment peut-on laisser d'aussi beaux yeux

Se brouiller de larmes, sous de tels cieux !

La tristesse offense ta nature,

Toi une si solaire créature !

Ce doux regard doit à tout prix friser !

Allons faire les fous... nous amuser !

La vie est belle, faisons-en le tour !

Secouons un peu la cendre des jours !

Et s’il reste quand même quelques points noirs,

Meublons-les d’étoiles, quand vient le soir !

Mon bonheur ne saurait être complet,

Sans la présence de celle qui me plait

Published by eachman
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 23:28
QU'ATTENDS-TU?

Comme tu es belle, ma chère !

Une beauté sortie des songes,

Pour régner sur un univers

Peuplé de rêves et d'anges.

***

Je te vois lasse et hautaine,

Indifférente aux mortels,

Dont l'amour a de la peine

A pénétrer ton cœur rebelle

***

Je vais attendre que tu daignes

Prendre acte de mon regard,

Que tu empêches qu'il ne s'éteigne

Et que ma raison ne s'égare.

***
Je veux trouver grâce à tes yeux,

Et une place dans ton cœur,

Avant que nous ne soyons vieux,

L'amour tendre mais sans ardeur.

***
Ne fais pas l'erreur d'attendre

Que se lèvent des jours meilleurs ;

Le temps ne fera que prendre

Ta fraîcheur, heures après heures.

***
Le temps passe vite, ma chère ;

Son verdict est sans avenant.

Il grave les ans dans la chair ;

Et nous attend tous au tournant.

***
Plus on avance dans le temps,

Plus son rythme s'accélère,

Pour faire feu de nos printemps.

Ses lois sont souvent arbitraires.

Published by eachman
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 20:11
"MOUROIR CONJUGAL"

MON DERNIER ROMAN "MOUROIR CONJUGAL" EST A PRESENT EN VENTE SUR LE SITE D'EDILIVRE. DANS 45 JOURS, APRES REFERENCEMENT, IL SERA EGALEMENT EN VENTE SUR LE RESTE DES SITES (FNAC, AMAZON, ETC...) AINSI QU'EN LIBRAIRIE...

https://www.edilivre.com/…/s/le-mouroir-conjugal-255420236c/

Published by eachman
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 23:53
ODE A LA FEMME

Elle a tout ce qu’il lui faut, pour plaire,

Des yeux aussi fatals qu’un pistolet ;

La fraîcheur parfumée d’une aube claire,

Et la tendresse d’un agneau de lait.

***

Son sourire vous envoûte le cœur,

Et fait main basse sur votre âme ;

Son regard naturellement rieur,

Vous accroche et vous met en flamme.

***
Une voix à vocation de bercer,

Et d’apaiser les cœurs les plus méfiants ;

Sa bouche ourlée, née pour embrasser,

Focalise les regards des courtisans.

***
Sans couronne, cette digne princesse,

règne sur des armées de cupidons ;

Elle dispense amour et tendresse

Et tient l’élu ligoté sans cordons.

***
Sa dense et soyeuse chevelure,

Ondoie dans l’air comme un mirage,

Et, ce faisant, évoque les blés mûrs

Et les vagues caressant la plage.

***
Sa silhouette aux formes mirifiques,

Captive et prend possession des sens ;

Son pouvoir éminemment hypnotique,

Rend plus désirable sa présence.

***
Sa peau satinée est d’une douceur

Qui affole et appelle les caresses ;

Elle ravit au toucher ceux dont l’ardeur

Est parfois encline à la paresse.

***
Elle a un cœur plus grand que l’univers

Et sait faire abstraction d’elle-même,

Cette Madone qui, été comme hiver,

Œuvre pour le bonheur de ceux qu’elle aime.

***
Pérenne, bien qu’elle soit mortelle,

Cette âme noble flotte entre deux cieux,

En toute majesté, douce et belle,

Celui des mortels et celui des Dieux.

Published by eachman
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 12:36
INFARCTUS (En souvenir d'1 collègue mort jeune)

INFARCTUS

Tout se brouille, je touche le fond !

Ma vie durant, je n’a rien fait

Qu’attendre et tourner en rond,

Boudant le bon pour le parfait.

***
J’étais jeune et tout à coup,

Je ne reconnais plus mon corps,

Je ne suis plus cet amant fou,

Qui s’arrêtait dans chaque port.

***
Que m’arrive-t-il ? pris de court,

Les yeux parcourant le plafond,

Je cherche la lumière du jour,

Avec la détresse d’un enfant.

***
Les deux mains crispées sur le cœur,

J’attends qu’on vienne à mon secours,

Les traits figé dans la douleur ;

Partirai-je seul, sans amour ?

***
Je me refuse à croire,

Que cette garce d’existence,

Puisse prendre fin dans ce couloir,

Au milieu de la souffrance !

***
Je ne suis pas assez âgé,

Pour partir à l’improviste ;

J’ai encore plein de projets,

Et de l’espoir qui persiste.

***
Plaît-t-il à Dieu de me faucher,

La tête encore pleine

De rêves à peine ébauchés,

Par une journée aussi sereine ?

***
Je me retrouve, de tout mon long,

Couché dans ce couloir vide,

Seul, avec de tristes bilans,

De l’amertume et des rides.

***
Comment en suis-je arrivé là ?

J’ai perdu toutes ces années

A attendre, dans le calme plat,

De voir mes forces m’abandonner !

***
Le sournois sort que rien n’arrête,

Guettant le moment propice,

A choisi un jour de fête,

Pour cet ultime préjudice.

***
Que reste-t-il à faire de mieux

Que d’aller, la rage au cœur,

Pleurer clémence auprès de Dieu,

Pour qu’il reporte mon heure ?

Published by eachman
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 09:35
SI JEUNESSE SAVAIT !

Comment les fleurs pourraient-elles,

A présent, trouver le printemps ;

Et qu’auraient les hirondelles

A annoncer, par mauvais temps ?

***

Se demandent pères et mères,

Le regard triste, l’air coupable,

D’avoir rempli l’atmosphère

D’air vicié, irrespirable.

***
Portés par l’amour du progrès,

Ils poussèrent le réchauffement

De la terre à des degrés,

Propice à l’étouffement.

***
Ils ont fini par comprendre,

En voyant leurs petits-enfants,

Avoir du mal à se défendre,

Contre un climat étouffant.

***
Hélas, la vie est trop brève,

Pour pouvoir rectifier le tir,

Et ceux qui prirent la relève,

Trop cupides pour ralentir.

***
Ces grands bâtisseurs finissants,

N’ont aujourd’hui d’autre ressource,

Que de ressentir, impuissants,

L’impact des guerres et des Bourses.

***

Ils vont, en marge de la vie,

Épaule contre épaule,

Sans enthousiasme ni envies,

Ces lauréats des dures écoles.

***
Ils rasent les murs, dégoûtés,

Par leur piètre descendance ;

Qui s’entête à rajouter

D’autres causes de souffrance.

***
L’être humain est ainsi fait ;

Il traque d’abord le bonheur,

Mais n’étant jamais satisfait,

Il cause son propre malheur !

Published by eachman
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 09:41
RIRE CONTRE MOROSITE'

Apprends à te taire, réprime ta bonté ;

Tu ne feras pas le bonheur autour de toi.

Freine tes élans, il y va de ta santé ;

Contente-toi d’observer un sourire courtois !

Tes blagues et les mots gentils que tu peux dire,

N’ont aucun effet sur les esprits négatifs ;

Le mot clown, pour ceux que tu veux faire rire

Est une insulte, un mot péjoratif.

Il faut de la générosité, de l’espoir,

Et un bon cœur, pour prêcher la bonne humeur...

Qui donne du sourire, espère en recevoir

Car sans sourire la joie de vivre se meurt.

Des langues sans envergure, sans contenu,

Restent tapis dans leurs palais et guettent

Le moment où vos propos vous mettent à nu,

Pour s’aérer et vous faire votre fête.

Personnellement, j’ai battu en retraite,

Face aux taciturnes et tristes Sires,

Qui empoisonnent l’air en faisant la tête

Car devenus allergiques au sourire.

L’envie de rire étant chez moi semblable

A celle pressante d’aller au petit coin,

Quand je la sens, je m’éloigne des minables

Et donne libre cours à ce pressant besoin !

Des gars de mon genre, il en reste encore ;

Heureusement pour notre pauvre humanité !

Imaginez un instant quel serait son sort,

Si on la privait de notre hilarité !

Published by eachman
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 20:42
LE SILENCE EST D'OR

Quelle que bonne soit ton intention,

Gare aux mauvaises interprétations !

Les gens te jugent sur tes paroles,

Que tu sois triste, que tu sois drôle.

Les personnes expansives parlent trop,

Et à trop parler, il y a des mots

Irréfléchis qui peuvent les trahir,

Révéler leurs pensées et leur nuire.

Celui qui veut se protéger des mouches,

Doit savoir garder fermée sa bouche.

C’est là un conseils sage et précieux ;

Celui qui le suis se portera mieux.

Évite de fourrer ton nez partout ;

La discrétion est le meilleur atout.

Ne te crois pas obligé de parler ;

Le silence est d’or, laisse-toi aller

A écouter autrui se défouler,

Mentir, se vanter ou même râler,

Et si jamais t’en as gros sur le cœur,

Ravale ta rage et ta douleur,

Car ce que tu diras spontanément,

Peut être exploité sournoisement.

Published by eachman
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Eachman:
  • Le blog de Eachman:
  • : RIEN DE CE QUE JE POSTE SUR CE BLOG N'EST PERSONNEL OU AUTOBIOGRAPHIQUE. CES POEMES SONT LE FRUIT DE L'OBSERVATION ET DE L'EMPATHIE...
  • Contact

Recherche

Liens